mardi 10 décembre 2013

Lettre au Père Noël des journalistes précaires de Radio France

Cher père Noël,

Cette année, comme tous les ans, on ne pourra pas ouvrir nos cadeaux le 25 car on travaille. Pourrais-tu quand même les laisser près du sapin ? Ça nous ferait bien plaisir de les avoir en même temps que notre chèque de Pole Emploi.

Cette année, on voudrait :
- Des contrats de durée équivalente pour tous les CDD.
- Le chiffre des contrats distribués, on voudrait qu'il soit publié chaque année.
- Une deuxième personne pour gérer le planning de façon juste et transparente.
- Qu'aucun ancien du planning ne soit "remercié".
- Que la direction de Radio France s'aperçoive enfin que nous existons et qu'elle accepte d'ouvrir des négociations pour réformer le planning.

Comme on a été bien sages cette année encore, on compte sur toi Père Noël.
Et pour 2014, c'est promis, on ne lâchera pas !

Les journaliste précaires de Radio France

1 commentaire:

Gérard Fourgeaud a dit…

Vous avez tout mon soutien.
je viens de lire votre lettre au Père Noël, celle au CSA et l'étude de Science po.

Voici quelques commentaires:

Je peux témoigner que le planning n'a pas toujours existé. Je suis arrivé à Guéret pour un COD (CDD sans durée fixe ;-) Au bout de 5 mois, le directeur m'a demandé si je voulais postuler. Et je suis passé en CDI. Il est arrivé la même histoire à Catherine Charvet qui travaillait avec moi. (il y avait quand même 12 candidats pour 2 postes ;-)C'était en 1985.

Beaucoup d'entre vous n'étaient pas né(e)s.... et cela me touche car j'ai des enfants de votre âge.
Je soutien votre combat.

A la commission de suivi des promotions pour les .... CDI, à laquelle j'assistais pour la CFDT.
J'ai proposé à la direction de supprimer le statut de pigiste. Tout jour de pige devrait être un contrat de CDD payé au tarif CDD. Sinon les pigistes qui font régulièrement 10 heures par jour sont rémunérés bien en dessous du Smic.
Cela se fait déjà à France-3.

Sur les "rapports" fait par les red-chefs... autant ils peuvent vous aider à progresser dans les premiers temps... autant, ils (les rapports) deviennent humiliant quand vous êtes confirmés après plusieurs remplacements.

On pourrait estimer que le "compagnonnage" est également source de maturité... mais qu'après 1 an ou 2 de CDD, on pourrait vous affecter à une délégation... ce qui ferait économiser des frais de mission (cela se fait à France3)

Votre collectif "précaires" régénère l'action collective. L'union fait la force.
CFDT-Journalistes est prête à vous aider, en veillant à ne pas tenter de vous "récupérer".

Notamment en appelant les CDI à faire respecter vos droits, à ouvrir leurs "gueules" pour vous: RTT, prime de nuit, délai décent entre 2 CDD éloignés, etc ....

C'est au CDI qui ont l'âge de vos parents de vous soutenir en priorité.

Le groupe Bayard, par exemple vient de conclure un accord de gestion des âges qui donne des incitations au départ en retraite.
la CFDT, majoritaire (y compris chez les journalistes) a imposé que tout départ soit remplacé par une embauche et que 70% des embauché(e)s aient moins de 28 ans.

A Radio-France, un tel accord est possible prochainement. Le nombre de départ en retraite va augmenter sensiblement.

Enfin, le planning de Radio-France fait des émules: le groupe EBRA s'en inspire. Il envoie les CDD du Républicain Lorrain au Dauphiné Libéré, par exemple.

Gérard Fourgeaud, journaliste à Isère. Secrétaire général de CFDT-Journalistes.